© 2019 - Société Française d'Énergie Nucléaire - www.sfen.org

WORKSHOPS

  14:00  

3 sessions en parallèle

Génie Civil Innovant

Président de séance : Christophe BÉHAR, Directeur du développement des énergies - Groupe FAYAT

Leader de thème : Guillaume HERVÉ-SECOURGEON, EDF

Optimisation et respect du planning de construction du Génie Civil : enjeu clé de la compétitivité des ouvrages nucléaires

La durée de construction du génie civil et son coût sont déterminants pour le business model des nouveaux réacteurs. 

Les objectifs de cette brique technologique sont donc de simplifier la conception du béton armé (taux de ferraillage, épaisseur béton), d’accompagner le développement de nouveaux modes de construction (modularité, préfabrication, structures autoportantes), et de mettre au point des outils numériques d’aide à la décision pour optimiser le chantier (de la conception à l’exploitation). L’intégration de solutions nouvelles fera bénéficier l'industrie nucléaire des progrès associés aux technologies de mesures, calculs hautes performances, réalité augmentée, etc.. Par Emmanuel VIALLET - EDF, Eric PHILIP - CEA, Jean-Philippe TARDIVEL - ORANO

« Discutants » : Comment choisir les bons bras de leviers économiques ? – Quelle approche performancielle pour les matériaux de Génie Civil ? – Comment industrialiser les méthodes ? – Quelles optimisations de la conception ? – Comment aboutir à des innovations « suffisantes et au bon niveau » ? – Comment intégrer la démarche de sûreté dans l'innovation ? Pierre ROSSI - IFFSTAR, Xavier DUBOIS - EDVANCE,

Emilie LEROUX - TRACTEBEL ENGIE, Sébastien DIAZ - NUVIA

L'exploitation du futur

Président de séance : Sylvestre PIVET, Directeur de l’innovation et du soutien nucléaire et directeur adjoint de l’énergie nucléaire - CEA

Leader de thème : Patrick MORILHAT - EDF

Exploiter demain : ces six innovations numériques qui vont simplifier la tâche des opérateurs.

Cette brique technologique a pour ambition de simplifier le pilotage de la centrale en utilisant au mieux les possibilités offertes par le numérique. Les objectifs poursuivis sont d'accélérer les innovations en appui de la performance des opérateurs pour faciliter la manoeuvrabilité des tranches, préparer les interventions, inventer et tester de nouveaux concepts d'exploitation pour les réacteurs d'aujourd'hui et de demain. Les défis sont tant dans le domaine organisationnel (plus d’agilité, de résilience) que technique avec la mise au point de jumeaux numériques reflétant l’état physique de l’installation à différentes échelles de temps et d’espace. 

Par Catherine DEVIC et Christophe COMTESSE - EDF

« Discutants »

Comment estimer les gains apportés par les innovations numériques et les mesurer ? - Comment se partage la valeur dans la filière ? - Comment s'assure-t-on que ces innovations sont bien au service des métiers ? -  Comment faciliter la conduite du changement ? - Comment accélérer leur industrialisation ? - Comment innover ensemble pour gagner en performance au sein de la filière ? - Quels sont les besoins des partenaires de la filière ? - Pour les nouveaux réacteurs, comment prendre en compte leur exploitabilité future ? - Existence de success stories dans l’intégration d’innovations numériques au service de la performance du nucléaire et partage de retours d’expérience avec d’autres industries. 

Jean-Patrick CARRIÉ - BOOST Conseil, Frédéric CHANTECLAIR - CEA, Jean-Paul LABARTHE - EDF,

Jean-Bernard THEVENONFramatome, René TERENTI - TechnicAtome, François DANIELLOU - FONCSI

Les robots du cycle

Président de séance : François NOGUÉ, Directeur Ressources Humaines - ORANO

Leader de thème : Christine WAGNER - ORANO

Robots à votre service 

Dans l'industrie nucléaire, l'intervention à distance est incontournable tout au long du cycle de vie des installations.

La Robotique, la Cobotique et la Téléopération sont en plein essor (mines, chirurgie, services, entre autres) et permettent d’envisager des réalisations d’opérationssophistiquées dans des milieux potentiellement de plus en plus complexes . Les technologies immersives et de réalité mixte, le couplage de bras téléopérés ou de robots existants avec différents outils et  la miniaturisation de robots, sont autant d’opportunités pour  optimiser les scenario d’intervention et réaliser des gains en performances industrielles significatifs ainsi que de diminuer certains risques pour les opérateurs. Le mode d’assemblage des briques technologiques entre elles,  leur adaptation pour les utiliser dans un environnement nucléaire sont des questions cruciales pour concevoir des produits à forte valeur ajoutée, à moindre coût et dans des délais les plus réduits possibles. Par Jean-Reynald MACÉ - ORANO

« Discutants »

Comment accélérer les développements robotiques ?  Faut-il avoir une approche make or buy ? Comment justifier la valeur créée par le développement d'une nouvelle solution robotique ? Comment assurer la pérennité des solutions ? La mission robotique : quelle préparation et quelle qualification ? Quelle vision d’ensemble ? Comment s’inspirer des autres industries ? Quels sont les challenges qui résonnent avec notre filière ? 

Franck MITIFIOT et Yacine TOUMOUCH - ORANO D&S, Philippe GARREC et Romain FAREL - CEA LIST, Grégoire AUGÉ - ONET, 

Assem DJEDIDI - Getinge, Luc MARLET - ORANO Temis, Jérôme LAPLACE - Génération Robots

  16:15  

3 sessions en parallèle

Nouvelles fabrications métalliques

Président de séance : Jean-Pol SERPANTIE, Directeur R&D - Framatome

Leader de thème : François FOCT - EDF

Apports des nouvelles méthodes de fabrication pour les composants métalliques des centrales nucléaires

Pour répondre à des enjeux d'optimisation des coûts de fabrication et de maintenance,  cette brique technologique vise à optimiser la chaine de fabrication et de réparation de certains composants métalliques.  On cherche principalement à évaluer et qualifier de nouvelles méthodes de fabrication plus rapides et permettant de mieux respecter les exigences réglementaires en particulier ESPN (Equipements Sous Pression Nucléaires). Plusieurs axes   de travail sont à l'étude, certains innovants comme la compression iso-statique à chaud (CIC), en phase de pré-industrialisation dans le nucléaire. Cette technique est adaptée à des composants pouvant atteindre plusieurs tonnes et devrait procurer des gains en termes de qualité, homogénéité et reproductibilité de fabrication, sécurisant ainsi la chaine d'approvisionnement. Un deuxième axe, plus novateur, concerne la fabrication additive ou impression 3D, qui connait un engouement important notamment dans l’aéronautique, mais pour laquelle des verrous technologiques restent à lever. Pour l’instant destinée à des pièces de plus petite taille, elle devrait apporter de nouveaux leviers pour traiter l’obsolescence et la réparation de composants. Enfin la réalisation des composants lourds s'intéresse à des technologies évolutionnaires comme la solidification dirigée au niveau de la coulée des lingots, ou les techniques de refusion électrique des lingots.

Par François FOCT - EDF, Emmanuel HERMS - CEA, Pierre JOLY - Framatome

« Discutants »

Quels gains peuvent apporter les nouvelles méthodes de fabrication ? - Comment s'assure-t-on que ces innovations sont bien au service des métiers ? - Quels sont les verrous scientifiques, technologiques, réglementaires à l’utilisation de ces méthodes de fabrication dans l’industrie nucléaire ? - Quelles étapes pour leur industrialisation ? - Quels sont les besoins des partenaires de la filière ? - Success stories et partage de retours d’expérience avec d’autres industries. Olivier DELCOURT - SAFRAN, Christian DELHAYE - Electrabel, 

Laetitia KIRSCHNER - SNCF, Philippe LUBINEAU - CETIM, Bertrand TORNE-CELER - EDF/UTO, Ana Paula SEROND - ORANO

Le jumeau numérique GV

Président de séance : Michel MASCHI, Vice Président-Exécutif en charge de l’ingénierie et de la production, R&D - EDF

Leader de thème : Christophe VARÉ, EDF

Les GV passent au numérique !

Pour répondre aux enjeux de sureté, d'optimisation de la maintenance et de la durée de fonctionnement des très gros composants que constituent les générateurs de vapeurs (GV), l'objectif de cette brique technologique est de concevoir, pour chaque GV, un modèle numérique « jumeau » reproduisant ses propres spécificités et son historique de vie, afin d’en contrôler l'état en permanence et d'en prédire l'évolution. Ceci passe par la mise au point d’algorithmes d’aide à la décision, la levée du verrou scientifique qu’est la prédiction du colmatage et par le couplage intelligent de modèles physiques à des données de natures différentes (exploitation, mesures d’inspection), traitées avec des méthodes de data analytics.

Par Christophe VARÉ et Simon PELISSIER - EDF, Bernard FAYDIDE - CEA

« Discutants »

Le Jumeau Numérique GV répond-il de manière optimale aux enjeux du parc nucléaire d’aujourd’hui et de demain ? -Comment optimiser les contributions des différents partenaires (EDF, CEA et Framatome a minima) sur ce programme pour être collectivement le plus efficace possible ? - Les enjeux scientifiques associés à cette brique sont-ils bien identifiés et leur traitement est-il optimal ? Focus sur le colmatage des GV. - Quelles questions réglementaires pose l’introduction du digital dans le nucléaire où les enjeux de sûreté et de sécurité sont centraux ?

Fanny DOUAR - EDF, Marc JAEGER - Centrale Marseille, Laurent GRANAL - EDF, Alexandre NICOLI - Framatome,

Jacques DUYSENS - ANSYS, Laurent KUENY - Bureau VERITAS

Combustibles E-ATF

Président de séance : Alain FRICHET, Vice-Président division produits et technologies - Framatome

Leaders de thème : Nicolas WAECKEL et Patrick BARBRAULT - EDF

Les combustibles E-ATF : évolution ou révolution ?

Concevoir les combustibles de demain, plus résistants aux accidents de perte de refroidissement, grâce à des matériaux de gainage de combustible innovants, tel est l'enjeu de sûreté de cette brique technologique. Deux approches sont lancées en France pour développer ce " Enhanced Accident Tolerant Fuel " (E-ATF) : à court terme, un combustible « évolutionnaire », muni de gaines revêtues de chrome associées à des pastilles dopées au chrome ; à moyen - long terme, un combustible « révolutionnaire » comportant des gaines en sandwich SiC-SiC avec un liner métallique, qui nécessitera de lever plusieurs verrous technologiques (relargage de silice et fabricabilité notamment). Par Véronique REBEYROLLE - Framatome, Thierry FORGERON - CEA, Edouard POUILLIER - EDF

« Discutants »

Quels gains en conditions accidentelles ? - Quel impact économique des combustibles ATF dans un environnement concurrentiel du marché de l'électricité ?  – Quels verrous technologiques ? – Quels gains potentiels en exploitation ? – Quelles dates de commercialisation possibles ? – Quels sont les meilleurs produits EATF et à quels horizons ?

Pierre THOMSON - EDF, Jérôme CREPIN - Centre des Matériaux / Mines ParisTech, Marie MOATI - EDF, Frédéric SCHUSTER - CEA,

Jean-Pierre SURSOCK - EPRI, Olivier MARCHAND - IRSN